rechercher dans la fiche :

Résidus de pesticide et LMR Fiche vérifiée le 15/04/2022

« Réalisé par le CTIFL. Tous droits réservés CTIFL sur les photos et éléments graphiques, sous réserve des indications de sources tiers ».

Description générale

Les différents types de pesticides

Le terme « pesticide » regroupe les substances ou les préparations utilisées pour la prévention, le contrôle ou l’élimination d’organismes jugés indésirables : les mauvaises herbes, les champignons, les insectes… Les termes de « produit phytosanitaire » et « Produits phytopharmaceutiques » sont aussi utilisés.

Explication détaillée

À quoi ça sert ? Peut-on s’en passer ?

« Arracher sa nourriture aux espèces qui la lui disputent », telle est la lutte permanente menée par l’homme depuis qu’il est agriculteur pour préserver ses récoltes. Les moyens de lutte peuvent être mécaniques (nécessitant de la main d’œuvre), biologique (par exemple utilisation de bioagresseurs), chimiques (avec des produits d’origine naturelle comme en agriculture biologique ou de synthèse).

Est-ce dangereux pour la santé ?

Avant de pouvoir être commercialisé, un pesticide est étudié sous 3 angles. On étudie son efficacité pour lutter le ravageur cible (efficacité agronomique), son innocuité sur l’environnement (la faune et la flore) et son innocuité sur la santé de l’homme (utilisateurs et consommateurs). De nombreuses études toxicologiques sont obligatoires pour garantir la santé des consommateurs.

Un dossier d’autorisation de mise en marché dure plus de 10 ans. L’utilisation des pesticides est très réglementée en France et en Europe. Un producteur de fruits et légumes ne peut utiliser un pesticide que si les Autorités ont autorisé son utilisation (c’est le principe d’une liste « positive » - contrairement à la liste « négative » qui donne une liste de produits interdits).

Tous les fruits et légumes mis en marché doivent respecter des seuils appelés Limites Maximale de Résidus ou LMR. Ces LMR sont réglementées au niveau européen et régulièrement contrôlées par les Autorités (DGCCRF et DGAL).


 Idée reçue

Augmenter sa consommation de F&L conventionnels est dangereuse pour la santé à cause de l’accumulation de résidus de pesticides.

De nombreuses études montrent que les avantages liés à la consommation de fruits et légumes dépassent largement le risque encouru par la présence éventuelle de résidus de pesticides. Elle ne remet donc pas en cause la nécessité de consommer des F&L.

 Idée reçue 2

Près de 40 % des consommateurs déclarent être très inquiets vis-à-vis des pesticides.

Selon le Baromètre de Confiance de FranceAgrimer 2020, 43 % expriment de la crainte vis-à-vis des pesticides (en réponse assistée, c’est-à-dire avec un nombre limité de réponses proposées). Mais le taux de réponses en citation spontanée est en baisse depuis 2 années consécutives (14 % contre 24 % en 2019).

 Références ou sites réglementaires

 Mots clés

  • Pesticide
  • Produits phytosanitaires
  • Produits phytopharmaceutiques
  • Résidus
  • LMR
  • Traitements
  • Protection des cultures

 Ces autres fiches peuvent vous intéresser

« 3ème voie » -zéro pesticide allégations négatives résidus

 Pour en savoir plus

DFL n°285 CTIFL : Les produits phytosanitaires dans les F&L

DFL n°357 CTIFL : Zéro résidu de pesticides ou cultivés sans pesticides

Décryptage d’une nouvelle offre

Accès réservé


La consultation de certaines rubriques est protégée, connectez-vous ou inscrivez-vous pour accéder à ce service gratuit.

Vous pouvez vous connecter en utilisant l'encart "Accès Abonne" en haut à droite de l'écran.

Si vous n'avez pas de compte, Inscrivez-vous gratuitement grâce au formulaire !